Château de Vaux en Anjou

Danger Eoliennes

Projet éolien
Engie – Futures Energies Mayenne Ouest

Un projet de construction de 2 parcs éoliens de 5 et 6 éoliennes par Engie est en cours d’instruction, respectivement à 4 km à l’Est et 9 km au Nord du château de Vaux. L’autorisation préfectorale d’exploiter a été rendue le 22 avril 2014. Bien qu’Engie s’évertue à le cacher de son mieux dans son Etude d’Impact remise au Préfet de Mayenne, nos propres calculs nous montrent que ces 2 parcs impacteront fortement notre château et son voisinage. Pour parfaire l’encerclement de Vaux, un troisième parc de 5 éoliennes à 4 km au Sud du château est également à l’étude par une autre société. Et depuis l’été 2017, on peut maintenant voir depuis le château clignoter le parc du Buret, pourtant à 15 km à l’Est. Vous pouvez télécharger ci-dessous l’Etude d’impact du projet éolien de Château-Gontier et Meslay-Grez (83 Mo) réalisée par Engie.

EIE-19-12-2012

Hélas, 30 années d’investissements et d’efforts, à la fois publics et privés, pour sauver Vaux de sa ruine totale vont-elles se conclure par le saccage en toute indifférence de son panorama au profit d’une société industrielle privée ? Nous ne l’entendons bien sûr pas ainsi. Et nous pouvons compter sur le soutien, entre autres, de M.POULL, Directeur de la DRAC des Pays de la Loire, M. LATRON, ABF du Maine-et-Loire, M. BENEZECH, ABF de la Mayenne…

Vous pouvez nous manifester votre soutien ou demander plus d’information sur ce projet en nous laissant un message à la page Contact. D’autant que ce projet ne concerne bien évidemment pas que Vaux. On recense à 15 km autour de ces 11 éoliennes un patrimoine historique d’une exceptionnelle densité, avec pas moins de 104 Monuments Historiques protégés, plus de 80 châteaux non protégés, ainsi que d’innombrables manoirs, édifices religieux et autres bâtiments remarquables ! On recense encore 3 ZPPAUP au voisinage du projet (Saint-Denis d’Anjou, Château-Gontier et Sablé) et 5 sites inscrits ou classés au titre de la protection des paysages (Champteusse-sur-Baconne, Thorigné-en-Charnie, la Vallée de l’Erve, la Roche-Talbot et le parc des Grignons).

Selon le promoteur, chacune de ces éoliennes produira annuellement 5 millions de kWh, et encore, de façon erratique et intermittente. Ce n’est guère que la consommation globale annuelle de seulement 700 personnes. Cette pathétique inefficacité va nous mener tout droit au mitage de tout le paysage français par ces aérogénérateurs géants, visibles depuis n’importe quel point en regardant dans n’importe quelle direction. Car il faut être bien conscient que si l’on s’en tient simplement aux objectifs du Grenelle II, on aura bientôt en tout point du territoire en moyenne 8 éoliennes géantes dans le champ de vision. La beauté de nos paysages et notre attractivité touristique sont donc en réel danger ! Si le développement des énergies renouvelables est souhaitable, cela doit-il se faire en sacrifiant impunément à quelques puissants lobbys industriels d’autres richesses toutes aussi essentielles à la France ?


Pour le promoteur, l’impact de ses éoliennes sur ce monument ne sera vraiment pas très grave. La preuve : on les voit à peine sur son photomontage, réalisé comme il se doit par des professionnels intègres et fiables qu’il a lui-même missionné. Le “problème”, c’est que l’on voit aussi à peine le château !


Pour mieux appréhender ce que le promoteur a voulu dissimuler, il nous a donc fallu réaliser nos propres photomontages. Tous ceux ci-dessous représentent le parc Est (5 éoliennes). Ils sont obtenus par calculs géométriques rigoureux à partir de données topographiques IGN. A notre humble avis, ils rendent bien mieux compte de l’impact que l’on pourra réellement observer et photographier quand les éoliennes seront construites. La taille des image a été réduite pour tenir dans la page web. On voit en réalité le château (et donc les éoliennes) beaucoup plus grand à l’œil nu (agrandir jusqu’à ce que l’échelle blanche mesure effectivement 10 cm).

Zoom à partir d’un point de vue à 600 m du château en léger surplomb. Sans commentaires…


Vue panoramique depuis la route D29, à 300 m du château. C’est précisément ce point de vue que le promoteur nous présentait ci-dessus. Curieusement, on distingue beaucoup mieux leurs éoliennes maintenant que l’on voit aussi le château. Depuis cette route, on pourra voir simultanément le château et les éoliennes sur un tronçon de près de 1,5 km. On peut d’ailleurs déjà voir depuis 2017 clignoter tous les soirs celles du parc du Buret, depuis ce point de vue.


Vue panoramique depuis l’allée centrale (ici à 50 m du château). Pour Engie, les éoliennes ne seront pas visibles (promis, juré, craché), bien qu’il aie produit sur l’instance de notre ABF un montage vidéo démontrant exactement le contraire ! Nos calculs nous confirment bien qu’elles le seront, et surtout la nuit avec leurs clignotements rouges. Dommage pour les futures manifestations en plein-air.


Vue panoramique depuis la route de Saint-Laurent des Mortiers. A cette distance, les éoliennes seront perçues comme des objets plus grands que le château. Pour Engie, ces points de vue sont anecdotiques et ne méritent aucune considération.


Vue depuis la Tour Sud. On aura une vue imprenable sur le parc Est depuis les quatre tours et les étages supérieurs du château. Engie n’hésite pourtant pas à certifier au public et aux Autorités que la forêt de chênes en arrière-plan masquera “bientôt” les éoliennes, ce qui est bien évidemment impossible, surtout depuis les étages supérieurs.